comm'/travail

En latin d’église, « ressource humaine » se dit « fidei donum »

Me voilà depuis 10 jours sans bloguer ici, mais non sans travailler sur la forme, la technique et les idées de fond pour le futur de ce nouveau blog, si différent de mon précédent, aujourd’hui éteint : géré sous spip et hébergement geek-associatif, ce dernier en effet avait une ambition de think tank portatif – une tentative alors pourtant plutôt réussie et plébiscitée de média portail sur les mouvements féministes et phénomènes sociaux collectifs en lien aux problématiques politiques et universitaires les plus récentes… De l’info, de l’analyse, ma passion pour aborder le web et mes compétences de journaliste dans le panier : voilà certes tout ce que j’apportais aussi.

Mais les temps changent et, à la faveur de mon enracinement nouveau dans les RH et le coaching, un monde en soi fait de consultants grammairiens, – ou comment créer le futur du subjonctif, – je cède à mon tour avec une certaine passion au TOUT SOCIAL, non pas au sens politique mais communicationnel. Comprenez : un bô bun de marketing, journalisme, personal diary, consultation en ligne… Cette belle confusion autour du « social » me fait encore rire les nuits où je ne me suis pas épuisée à mâter trente fenêtres d’écran twitter et blogs en même temps !

Bref, pour être sérieuse néanmoins et vous faire patienter un peu ici, je veux vous faire partager aujourd’hui mon étonnante découverte de début de semaine – le « fidei donum ». C’est un nom d’encyclique papale, et c’est le thème fort bien traité par Willy le Devin dans Libération du 1er novembre cette semaine.

Le fidei donum, ou « don de la foi » : un mot ecclésial pour désigner les prêtres missionnaires partant du Nord pour s’installer dans l’hémisphère Sud. Or, par un retournement de situation drôlement tendance, aujourd’hui, ce sont les prêtres africains et vietnamiens qui viennent « assurer le service » dans nos campagnes… Les portraits plume et image de Libé sont magnifiques (un peu dommage qu’il n’y ait pas les photos sur Internet). Extrait :

« Pour le père Francis Barbey, prêtre d’origine ivoirienne, affecté à Beauvais, «il n’y a aucun sentiment de revanche. Certes, des congrégations européennes, telles que les Pères Blancs, ont contribué à la colonisation de l’Afrique. Et il est amusant de constater que désormais des Africains conduisent des offices en France. Mais nous sommes là seulement pour servir, dialoguer, et comprendre la façon de vivre des catholiques français.» Mission délicate, pour ces nouveaux VRP de Dieu. «Lorsque vous devez écouter des gens qui viennent se confier à vous, pour trancher des cas de conscience souvent douloureux, il faut être très en phase avec les réalités sociétales et sociales du pays», dit Pierre-Yves Pecqueux. »

Heureusement, les formations sont au programme de ces prêtres, parfois désemparés, souvent seuls, « via des ateliers, le soir, avec des sociologues, géographes, professeurs, ‘qui les sensibilisent aux valeurs françaises’. » La chute de l’article :

« Restent les surprises du quotidien. ‘N’ayant pas le permis, j’ai dû m’acheter un scooter. Cet hiver, avec la neige et le froid, c’était particulier’, rigole Christian Thierry. Qui s’est fait engueuler, car ses sermons duraient vingt-cinq minutes. Une dame lui a dit : ‘Vous savez, mon père, en France, les sermons, c’est cinq minutes, pas plus. Après, il faut emmener les enfants au cheval !’ »

Soyons certains que les cours du soir, ou la télé en Afrique dans la cour familiale, auront appris depuis longtemps à ce prêtre motorisé que cette histoire de cheval n’induit en rien quelque arriération économique ! 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.