journalisme

Pressons, pressons: révolutions du journalisme

C’est vrai, j’ai dû sautiller et sourire beaucoup dans les couloirs du lycée en entendant hier au téléphone la voix d’une de mes stars radio préférées, vous savez, ces voix qui entrent chez vous par le biais des ondes FM et vous accompagnent au fil des ans dans vos activités quotidiennes, quand vous vous faites du café, rangez des papiers, surfez sur Internet ou vous reposez… J’ai, donc, pu saluer en pré-enregistement  les auditeurs de RFI pour l’émission « Atelier des médias » du très apprécié Ziad Maalouf, en personne. En prime, si ce n’est pas coupé au montage, on entend à la fin la cloche de l’établissement où j’enseigne en ce moment !

Ce qui m’a valu hier cet honneur, c’est la publication d’un post de blog du côté justement de l’Atelier des médias de RFI cette semaine, intitulé Presse : la déontologie et le droit, mis en vedette sur le site participatif de la chaîne radio internationale. Ce post faisait suite à mes échanges de la semaine précédente à Rabat avec les journalistes marocains suivant une formation au journalisme d’investigation où j’intervenais.

Savoir penser ce qui arrive au journalisme

J’ai l’impression de fait que nous commençons à savoir penser « ce qui nous arrive » côté journalisme, alors même que nous avons la tête sous les cendres, – ou simplement dans le brouillard, – à bien des égards. Je suis de mon côté en tout cas assez joyeuse cette semaine à la lecture d’une série de publications en ligne toutes fraiches, porteuses de réflexion plus abouties, moins superficielles ou incertaines qu’à l’ordinaire :

– réflexions de l’Atelier des médias sous la houlette de Ziad Maalouf : « il pleut des médias »

– @laplumedaliocha a écrit « La déontologie dans tous ses états », un papier passionnant que je référence à nouveau ici après Twitter et qui porte sur les débats internes au métier,  montrant que les désaccords et les interprétations divergentes, mais aussi les points de ralliement. Ce papier indique que la profession reste vivante, lucide, volontaire et positivement bagarreuse (vu à travers @laplumedaliocha en tout cas). Nous avons besoin de cela ! La réflexion concomitante sur la nécessité d’un « Conseil de presse », position que défend @laplumedaliocha, est riche également. De manière intéressante, c’est sur ce point que se focalisent et réfléchissent les nombreux journalistes commentant le post.

– Julien Pain, responsable à France24 de l’émission et du site « Les Observateurs », est une nouvelle star pour moi de la réflexion sur le journalisme depuis que j’ai lu son papier : « Le ‘gars du web’ répond au grand reporter » ». Cette fable enlevée, drôle et lucide expose les choix, enjeux et techniques intervenant dans le choix de citer les sources internautes. Le meilleur papier que j’aie pu lire sur ce thème.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.