formation

4 types d’apprenants, tous fantastiques


Un espace de liberté, le cours ? Croyez-vous ! (Non, pas de harangue sur les révisions cette fois.) Aux apprenants qui s’en inquiètent : oui, les formateurs vous classent inconsciemment… Vous êtes, toutes et tous, par nous scannés et classés. Certes, faute d’énergie suffisante – vous nous épuisez un peu, – nos considérations à votre endroit sont en réalité très pragmatiques et plutôt abstraites.

Il est en tout cas étonnant de constater à quel point la méthode de classification que je vous expose ci-après fonctionne pour bien piloter à vue face à vous… quand bien même vous pouvez appartenir à plus d’une catégorie, nous sommes d’accord… Il faudrait d’ailleurs parler plutôt de tendancesAllez, je vous dévoile le truc, bande d’anxieux ! (Soit dit en passant, cet article a été écrit pour mes collègues au moins autant que pour vous !)

Les quatre catégories ou tendances…

Les hédonistes

Les hédonistes. Plaisants, drôles, (très) énergiques parfois, ou bien (sacrément) rêveurs… indisciplinés presque toujours. Ils ont décidé que la formation leur offrait une respiration bienvenue dans leur emploi du temps. Ils adoptent les leçons comme un moment de détente personnelle, plus que leurs collègues, et comme une réintroduction magistrale de leur « life » dans le travail salarié et forcé. Ils donnent l’impression de ne retenir aucune leçon voire d’aimer bavarder avant tout. Ont-ils écouté ? Mystère ! Pourquoi ne sont-ils pas plus concentrés ? Aucune importance, d’après eux ! Et pourtant, ils ont l’air de tenir à ces moments de cours et, – ce qui est plus suspect, – d’apprécier vos efforts. On se retient quand même d’être médusé plus qu’à son tour en tant que formateur face à eux.

LE COIN DU FORMATEUR… Avec les hédonistes, restez zens, évitez la surcharge de travail, accompagnez le plaisir, motivez par l’humour et le jeu… à haute dose. Répétez souvent, préparez-vous mentalement en conséquence : ces apprenants seront plaisants à condition que vous sachiez prendre le temps de quelques chemins de traverse et ne pas être obsédés par les objectifs. Ils ne retiendront pas tout de ces cours stratégiquement pensés que vous aviez concoctés à coups de pas d’heures, mais ils feront de la formation un moment utile, apprendront des trucs (ils y tiennent beaucoup plus que vous ne le pensez si vous débutez), y trouveront une respiration essentielle à leur équilibre.

Les surmenés

Les surmenés. Qu’ils soient au beau milieu d’une restructuration  de leur entreprise avec inquiétude sur leur propre devenir, ou simplement en pleine prise de responsabilités à un poste nouveau, – clairement, pour ces apprenants-là, la formation tombe au plus mauvais moment. Ni « life », ni « work », la formation n’a sa place que dans un à-pic insondable, un no man’s land… elle est un imprévu décidément malvenu et incasable. Qui plus est, qu’ils aient envie de participer ou viennent à reculons, ces apprenants n’ont « pas la tête à ça » et ne retiennent rien, – se désolent enfin au passage de leur échec manifeste à apprendre. Surmenés… et inconsolables. Car ils se disent que les acquis de la formation auraient pu leur être utile précisément au regard des enjeux qu’ils affrontent ! Décidément épuisés !

LE COIN DU FORMATEUR… Avec les surmenés : rassurez, consolez, écoutez, aventurez-vous davantage sur les terres de ce qu’on appelle aujourd’hui le coaching, ou mentoring, – mentorat en français. Le problème : votre élève veut apprendre, ne retient plus rien, s’en veut. Soulignez sans cesse que tout est relatif (par exemple, au hasard, l’enjeu de votre cours), montrez ce qui a été fait, les documents de révision que vous leur remettez et qui leur resteront pour une reprise du cours au calme un jour, esquissez des pistes pour la suite, outillez-les dès à présent pour cette phase d’apprentissage complémentaire ultérieure en autonomie, voire exposez d’autres parcours possibles pour la suite.

Les méga-pros

Les méga-pros. Ils peuvent être plaisants ou un peu plus difficiles à contenter comme élèves, mais une chose est sûre : le formateur les voit tels qu’ils sont au travail, peu ou prou, – et leur attente est sans aucun doute motivante. Certes, ils mettent aussi à l’épreuve votre confiance en vous. Ces étudiants viennent en effet pour appliquer avant tout des recettes à leur quotidien professionnel, en espèrent un avantage stratégique ou une remise à niveau désespérément urgente. La formation, pour eux, s’inscrit dans le travail. « Work » ! Pragmatiques avant tout…

LE COIN DU FORMATEUR… Avec les méga-pros, exposez (succinctement) votre pédagogie, montrez chaque fois l’intérêt et le but des exercices du jour, privilégiez des mémos directement transposables, répondez aux demandes de détails supplémentaires et d’approfondissement ponctuel dans la mesure du possible. Si la demande d’adaptation au contexte professionnel est très forte, envisagez de discuter avec la hiérarchie d’un avenant au contrat pour une localisation plus poussée de la formation.

Les explorateurs

Les explorateurs. Ceux-là créent la surprise, donnent l’impression de retenir sans efforts, progressent vite quoique dans le désordre et avec des impasses… Ces apprenants viennent au stage avec des ambitions professionnelles et privées de long terme : ils préparent une reconversion lointaine, assouvissent leur soif d’apprendre au-delà du strict horizon professionnel qu’ils ne négligent pas pour autant, se lancent des défis, – souvent tout ça à la fois. Travail, vie, projet, trois mots qu’ils paraissent comprendre, assumer et transcender. On les admire ou les envie, ces navigateurs des océans.
Mais en réalité, ce sont d’abord des rêveurs doués. S’ils ont de la chance, ils sont heureux dans l’entreprise. Sinon, ils y sont incompris et probablement pas aussi insérés qu’il y paraît.

LE COIN DU FORMATEUR… Avec les explorateurs : soyez audacieux dans votre programme de formation ! Dressez des perspectives, montrez les passerelles, alimentez la curiosité de ces apprenants par des indications supplémentaires, des listes de ressources (pour une fois, elles ont une chance de servir !) Rappelez-les aux enjeux concrets immédiats aussi de temps à autre. Un jour, ils vous remercieront en pensée.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.